Nom : Raphaël Collin Rêveries d'Une Jeune Femme
Prix de Vente : 750 €
Artiste : Raphaël Collin 1850-1916
Epoque : 19ème siècle
Etat : Très bon état

Matière : Huile sur carton fort
Largeur : 36 cm encadré
Hauteur : 41 cm encadré
Quantité :

demande d informations

PHOTOS COMPLEMENTAIRES

 

DSC00928 

 

DSC00929   DSC00930   

 

DSC00931   DSC00932   DSC00933   

 

 

DSC00934   DSC00935   DSC00937    

 

DSC00938                                                DSC00939 

Description de l'antiquité

"Raphaël Collin Rêveries d'Une Jeune Femme "
Signé de Raphaël COLLIN, Portrait d’une Jeune femme vêtue à la Manière des dames De la fin du 18èmesiècle, représentée assise, et rêvassant dans un paysage bucolique …


Huile peinte sur un carton fort, dans son très beau cadre d’époque 19ème, en bois Doré à la feuille.


Très décoratif et En merveilleux état, signé Collin.


Dimensions: 41 x 36 cm encadré, 20 x 15 cm Vue.


Expédition très soignée accompagnée d’un Certificat d’Authenticité et d’une Facture.


Participation aux frais d’envoi demandée, pour la France et l’Europe: 50€, pour les autres pays du Monde, merci de demander une cotation.


COLLIN Louis Joseph Raphaël

Né le 17 Juin 1850 à Paris, Mort en 1916 à Brionne dans l'Eure. Français.

Peintre de genre, Nus, Portraits, Compositions décoratives, Illustrateur.

Côte AKOUN: 7800€, Résultats de vente jusqu'à plus de 20.000€


Aprés avoir commencé des études au lycée Saint-Louis à Paris, puis à Verdun dans la classe de M. Fouquet, où il a pour condisciple Jules Bastien-Lepage, qui deviendra un ami fidèle. Au milieu de l'année 1860, il est admis à l'École des beaux-arts de Paris dans l'atelier de William Bouguereau (1825-1905), puis il rejoint Bastien-Lepage dans l'atelier d'Alexandre Cabanel (1823-1889), avec Fernand Cormon, Aimé Morot, Henri Gervex et Jean-Joseph Benjamin-Constant.Louis Collin est un peintre de genre, de nu, de portrait, de composition décorative, et produit des illustrations. Grand collectionneur de terres cuites antiques, de grès et poteries du Japon, il collabora avec Théodore Deck de 1872 à 1889 à la réalisation de faïences décoratives. Très prisée au Japon, sa peinture y fut introduite par le marchand d'art Hayashi Tadamasa.Il expose à partir de 1873 au Salon où on lui décerne plusieurs prix. En 1880, il achète une propriété à Fontenay-aux-Roses, ruelle des Marinières, dans le jardin de laquelle il fait poser ses modèles. Puis il s'installe rue des Châtaigniers, y cultivant orchidées, lys et pivoines et de nombreuses plantesd'origine japonaise.Parmi ses peintures décoratives, on remarque le plafond pour le petit foyer du théâtre de l'Odéon, et un plafond en rotonde pour l'Opéra-Comique à Paris.Il est élu membre de l'Académie des beaux-arts en 1909, à la section peinture, au fauteuil de Ernest Hébert (1817-1908). En 1911, il est nommé professeur chef d'atelier à l'École des beaux-arts de Paris en remplacement de Luc-Olivier Merson, y comptant Florimond Météreau et Germain Raingo-Pelouse parmi ses élèves les plus connus.Raphaël Collin meurt le 19 octobre 1916 à Brionne. Ses obsèques furent célébrées le 24 octobre 1916 à Paris et il est inhumé dans le cimetière de Fontenay-aux-Roses avec ses parents et sa sœur Blanche. Sa tombe est ornée d'une statue.

Bénézit & Wikipédia Copyright