Nom : Luis GARCIA 1881-1954 Vanité au pot couvert
Prix de Vente : 750 €
Artiste : Luis Garcia 1881-1954
Epoque : 20ème siècle
Etat : Très bon état

Matière : Huile sur carton fort
Largeur : 45 cm encadré
Quantité :

demande d informations

PHOTOS COMPLEMENTAIRES

 

DSC01556 

 

DSC01565    DSC01558   DSC01559 

 

 

DSC01560   DSC01561   DSC01562   DSC01563 

 

 

DSC01564 

 

Description de l'antiquité

Luis GARCIA 1881-1954  Vanité au pot couvert

 

Huile sur carton, Signée de Luis GARCIA (Barcelone 1881-1954),

datée Mai 1924, Représentant une vanité.

En Très Bon état

Dimensions : 51 / 45 cm Encadré  43 / 37.5 cm (Œuvre).

En peinture, la vanité est un genre pictural, appliqué aux natures mortes, évoquant différents éléments symbolisant la vie, la nature, l'activité et la mort. Ces tableaux ont généralement une grande valeur symbolique et philosophique.

Expédition soignée accompagnée d’un certificat d’Authenticité et d’une Facture.

Participation aux frais d’envoi demandée : 30 euros pour la France et l’Europe, autres Pays du Monde : merci de demander une cotation.

Une vanité est une représentation allégorique de la mort, du passage du temps, de la vacuité des passions et activités humaines.

 

 

Certaines natures mortes de gibier, représentant notamment du gibier, des massacres, des armes constituent un genre particulier, proches des vanités.

 

 

Si le thème est très ancien, puisqu'on le trouve déjà chez les  antiques, il se constitue comme genre autonome vers 1620, à  Leyde,  en  Hollande, pour se répandre ensuite tout au long du 18ème

siècle en Europe, particulièrement en Flandres et en France. Prisées à l'époque  baroque, les vanités vont quasiment disparaître au 18ème siècle, mais renaissent avec  Cézanne, puis plusieurs peintres du xxe siècle et une photographe, telle que  Valérie  Belin au 21ème siècle.

 

 

Les objets représentés symbolisent les activités humaines, étude, argent, plaisir, richesse, puissance, mises en regard d'éléments évoquant le temps qui passe trop vite, la fragilité, la destruction, et le triomphe de la mort avec souvent un crâne humain.