ARTE TRES GALLERY

Galerie d'Art en Ligne  

ACHATS * VENTES * EXPERTISES

separateur

VENDUS



Référence : VENDU // SOLD
Nom : Rare Grande Statue De Saint Malo D’aleth d'Epoque 14ème
Epoque : Antérieure au 16em siècle
Etat : Parfait état

Matière : Bois sculpté et polychrome
Largeur : 28 cm
Hauteur : 77 cm
Profondeur : 18 cm

PHOTOS COMPLEMENTAIRES

 

DSC08373    DSC08393   DSC08395   DSC08397 

 

DSC08381   DSC08391   DSC08394   DSC08398 

 

DSC08382   DSC08402 

 

DSC08399              DSC08400 

 

Description de l'antiquité

"Rare Grande Statue De Saint Malo D’aleth d'Epoque 14ème "
Grande et Rare statue de Saint Malo fondateur de la ville du même nom,
En bois sculpté toutes faces entièrement Polychrome (magnifique) et partiellement doré à la feuille d’Or.
Datant de la deuxième moitiè du 14ème siècle, et dans un état de conservation hors du commun
Aucun manque, les doigts, mains etc… sont entièrement d’origine,
Seule la crosse est postérieure...

Provenance collection privée.

Dimensions: Hauteur 77 cm, largeur 28 cm, Profondeur 18 cm.

Expédition très soignée accompagnée d’une Facture.

Saint Malo (Sant Maloù en breton), dit aussi Malo d'Aleth, encore appelé en latin Maclovius ou Machutus, est l'un des sept saints fondateurs légendaires de Bretagne continentale.
Saint Malo naquit en Grande-Bretagne, vraisemblablement de Gwent, comte de Castel-Gwent, et de Derwele.
On a dit qu'il se trouvait cousin germain de saint Samson et de saint Magloire, qu'il était né à Raux, en Armorique, et qu'il avait profité dans l'île de Césambre des instructions d'un saint prêtre nommé Festivus ; mais rien ne prouve ces assertions. Il paraît, au contraire, certain qu'il naquit le jour de Pâques, et qu'il fut élevé dans le monastère de Lancarvan, en Cambrie, par saint Brandan, qui l'avait baptisé. Honoré du caractère épiscopal, Malo exerça d'abord ses fonctions d'évêque à Castel-Gwent, aujourd'hui Chepstow, dans le Monmouthshire ; il passa ensuite en Armorique, sur un avertissement du ciel, et débarqua vers 575-580 sur un rocher situé en face d'Aleth et habité par saint Aaron, qui s'y trouvait à la tête d'un monastère.

Après quelques années passées dans cette pieuse solitude, Malo entreprit et accomplit la conversion des habitants de la ville d'Aleth et du pays d'alentour, de 580 à 585 environ. Il y établit le monastère de Lan-Aleth, entretint celui du rocher d'Aaron lorsque le saint de ce nom fut mort, et fut nommé évêque d'Aleth par Judaël, roi de Domnonée. Nous ne pouvons songer à raconter le glorieux épiscopat de saint Malo, qu'on trouve retracé dans toutes nos Vies des Saints de Bretagne ; disons seulement qu'il eut à souffrir de l'ingratitude de son peuple : les Aléthiens le persécutèrent au point de l'obliger à quitter l'Armorique ; il se réfugia en Saintonge, où saint Léonce, évêque de Saintes, l'accueillit avec empressement.

Après avoir pardonné à ses enfants rebelles, saint Malo mourut en cet exil, au bourg d'Archingeay (canton de Saint-Savinien, département de Charente-Inférieure), le 16 novembre 627. Il fut solennellement enterré à Saintes par saint Léonce, qui, témoin des miracles accomplis par son intercession, éleva sur son tombeau une belle église à sa mémoire. Les reliques de saint Malo ne furent apportées en Bretagne que du temps de Bili, évêque d'Aleth ; celui-ci les déposa partie dans sa cathédrale Saint-Pierre, partie dans l'église de l'île d'Aaron. Le diocèse de Saint-Malo faisait encore au XVIIIème siècle la solennité de cette translation, le deuxième dimanche de juillet. Salvator, évêque d'Aleth, emporta à Paris les restes de son saint prédécesseur, au commencement du Xème siècle, pour les préserver des invasions sacrilèges des Normands. Une notable portion du saint corps resta dans la capitale jusqu'à la Révolution, le reste fut rapporté à Saint-Malo, et l'on avait coutume au moyen-âge de le porter en procession dans cette ville pour obtenir de Dieu un temps favorable.