Référence : VENDU // SOLD
Nom : Alexandre-François Desportes 1661-1743 Chasse au Chevreuil
Artiste : Alexandre-françois Desportes 1661-1743 Attrib.à...
Epoque : 18ème siècle
Etat : Parfait état

Matière : Huile sur toile
Largeur : 102 cm encadré
Hauteur : 89 cm encadré
demande d informations

PHOTOS COMPLEMENTAIRES

premiere  

 

DSC06894    DSC06887    DSC06893 

 

DSC06888   DSC06890    DSC06891   DSC06892 

 

DSC06889      DSC06896     DSC06881   

 

DSC06898  

 

 

Description de l'antiquité

Alexandre-François Desportes 1661-1743 Chasse au Chevreuil

 

Huile sur toile Ecole Française du 18ème siècle, 

attribuée à Alexandre-François Desportes 1661-1743,

et représentant une Chasse au Grand Gibier.

Dans un Paysage des cavaliers aidés par leurs chiens, chassent le Chevreuil .

Dans l’action un des cavaliers perds son tricorne.

Très fine exécution des détails, beaux décors, confirment l’attribution à ce grand Maître spécialisé dans la peinture animalière, la nature morte et les scènes de chasse…

 

En parfait état,

et d’importantes dimensions :

Largeur 102 cm encadré, 82 cm Toile, et

Hauteur 82 cm , 69 cm la toile…

 

Expédition très soignée accompagnée d’une Facture/Certificat

 

Alexandre-François Desportes, baptisé le 16 février 1661 à Champigneulle et mort à Paris en 1743, est un peintre français, spécialisé dans la peinture animalière (chiens essentiellement), la nature morte et les scènes de chasse.

François Desportes est le fils de Pierre Desportes (décédé vers 1695), riche cultivateur, et d’Élisabeth Duguay (1626-1701). Il est envoyé en 1673 chez un de ses oncles établi à Paris, où il se forme auprès de Nicasius Bernaerts, un élève de Frans Snyders. Avec ce maître, il s’imprègne de la tradition flamande mais tempère la violence et la fougue de ces compositions baroques au profit d’un art plus mesuré.

 

En 1692, il épouse à Paris, Angélique Éléonore Baudot (décédée en 1726), qui lui donnera deux enfants : Anne Louise (décédée le 09-05-1765) et Claude François (1695-1774), qui sera son élève, et rédigera sa biographie.

 

Après un passage à la manufacture royale des Gobelins en 1692-1693, il devient portraitiste de la Cour de Pologne en 1695-1696. De retour en France, il se détourne du portrait pour se consacrer à la décoration intérieure. Il est reçu à l’Académie royale de peinture et de sculpture en tant que « peintre d'animaux » en 1699.   De 1700 jusqu’à sa mort, il exécute de nombreux tableaux pour orner les demeures royales (Versailles, Marly, Meudon, Compiègne et Choisy). Louis XIV, puis Louis XV lui commandent le portrait de leurs chiens favoris.

Peintre des chasses et de la meute royale, Desportes suit le roi lors de ses chasses. Saint-Simon rapporte « qu’il allait même d’ordinaire à la chasse à ses côtés, avec un petit portefeuille pour dessiner sur les lieux leurs diverses attitudes, entre lesquelles le roi choisissait, et toujours avec goût, celles qu’il préférait aux autres

À sa mort, Desportes laisse un important fonds d’atelier. Celui-ci se compose des études d’animaux, de plantes et de paysages peintes d’après nature, ainsi que quelques esquisses de Jan Fyt, comme celles figurant des chasse au renard.

 

En 1784, le comte d’Angiviller, directeur général des bâtiments du Roi, fait l’acquisition de ce fonds pour la manufacture de Sèvres afin qu’il serve de modèle aux peintres sur porcelaine. Après avoir servi de source iconographique pendant plus d’un siècle, les études ont été déposées dans plusieurs institutions. Le musée de la chasse et de la nature à Paris a recueilli une part importante des œuvres animalières. Le musée du Louvre possède son portrait peint par lui-même et plusieurs de ses meilleurs tableaux. Une salle entière du musée international de la Chasse à Gien lui est consacrée. Le musée de la vénerie de Senlis expose son tableau Hallali de cerf et Chasse aux renards, ainsi que d'autres œuvres