Référence : VENDU//SOLD
Nom : Portrait de la Sibylle de Cumes, Ecole Italienne XVIIIème
Artiste : Ecole Italienne Du 18ème
Epoque : 18ème siècle
Etat : Très bon état

Matière : Huile sur toile
Largeur : 50 cm encadré
Hauteur : 60 cm encadré
demande d informations

PHOTOS COMPLEMENTAIRES

 

DSC09704 

DSC09705 DSC09706 DSC09707 DSC09708 DSC09709 DSC09710 DSC09711 DSC09713 DSC09716 DSC09718 

 

Description de l'antiquité

 
Portrait De La Sibylle De Cumes, Ecole Italienne XVIIIème
 

Huile sur toile 18ème siècle, Ecole Italienne en Excellent état, représentant la Sibylle de Cumes, Reprise de la composition de Giovanni Francesco Romanelli conservée au musée de Capodimonte à Naples.

De Dimensions :60 x 50 cm encadrée (beau cadre doré postérieur), 46 x 36 cm Vue.

Expédition très soignée accompagnée d’un Certificat d’Authenticité et d’une facture.

Frais d’envoi France Chronopost : 50€, Europe et reste du Monde, merci de demander une quotation.

***

Giovanni Francesco Romanelli

(Viterbe, 1610 - Viterbe, 1662) est un peintre italien baroque.

 

Né à Viterbe de Laura de Angelis et Bartolomeo Romanelli, il part à Rome à l'âge de 14 ans où il est accueilli dans le palais Barberini, élève du Dominiquin puis de Pierre de Cortone, et, comme ce dernier, un des protégés de la famille. Il participa à la décoration du Palais Barberini.

 

Quand les Barberini furent écartés du pouvoir à la mort d'Urbain VIII, Romanelli fut appelé à Paris par le cardinal Mazarin de 1645 à 1647. Il y peignit pour lui un cycle des Métamorphoses d'Ovide pour son hôtel parisien.

 

Lors d'un deuxième séjour à Paris de 1655 à 1657, il participa à la décoration des appartements de la reine Anne d'Autriche au palais du Louvre (cycle de l'Histoire des Romains et des Juifs), ainsi qu'à celle du château du Raincy. Après le congédiement de Mazarin, il a réalisé une frise pour décorer le palais épiscopal construit par le cardinal Alexandre Bichi à Carpentras.

 

Il fut nommé Chevalier de l'Ordre de Saint-Michel par le roi Louis XIV.

 

Giovanni Moneri et son propre fils Urbano Romanelli furent ses pupilles. Ce dernier entra dans l'atelier de Ciro Ferri à Rome, après la mort de son père. Il peignit à Rome et dans des églises de Velletri et Viterbe.