Référence : VENDU//SOLD
Nom : Importante Peinture De Boiserie Régence, Décor Au Chinois & Singe
Artiste : Ecole Française Du 18ème, Dans Le Goût De Claude 3 Audran
Epoque : 18ème siècle
Etat : Etat d'usage

Matière : Huile sur toile
Largeur : 203 cm
Hauteur : 262 cm
demande d informations

PHOTOS COMPLEMENTAIRES

 

DSC07538 DSC07539 DSC07540 DSC07541 DSC07542 DSC07543 DSC07544 DSC07545 DSC07546 DSC07547 DSC07548 DSC07549 DSC07550 DSC07551 DSC07552 DSC07553 DSC07554 DSC07555 DSC07556 DSC07557 DSC07558 DSC07559 DSC07560 DSC07561 DSC07562 DSC07563 DSC07564 DSC07565 DSC07566 DSC07567 DSC07568 DSC07569 DSC07570 DSC07571 

Description de l'antiquité

"Importante Peinture De Boiserie Régence, Décor Au Chinois & Singe "

Très Importante Peinture huile sur toile, d’Epoque Régence 18ème siècle, Provenant d’une demeure alentours de Venise, dans le goût des réalisations de Claude III Audran, de dimensions : Hauteur  262 cm, largeur 203 cm.

Présentant un décor avec des personnages Chinois, Bouddha, Singe, Dragon, Palmiers etc…, dans un cartouche Rocaille, dans des teintes Turquoise, Indigo, Gris bleuté etc…

Splendide en Décoration Murale, en Plafond ou encadrée.

En état d’Age et d’Usage, manques, deux mini sets, traces de clous etc…

Expédition très soignée, Roulée en Tube de Forte section, accompagnée d’un Certificat d’Authenticité et d’une Facture.

PLUS DE CHOIX, VISITEZ NOTRE SITE WEB :

 

Claude Audran III, né à Lyon le 25 août 1658 et mort à Paris le 27 mai 1734 (à 75 ans), est un peintre de décorations murales français. Il crée des tapisseries et des panneaux décoratifs d'un style léger. Peintre du roi, il est également conservateur du Palais du Luxembourg. Il a Watteau comme élève.

Claude III Audran a vécu chez son oncle, Claude II Audran, peintre et collaborateur de Le Brun, Jouvenet et Coypel.

 

Peintre ordinaire du roi en 1699, il obtient la charge de concierge du palais du Luxembourg en 1704. Il participa en 1700-1701 au décor de la Ménagerie de Versailles et à la chapelle de Versailles, ainsi qu'aux châteaux de Fontainebleau, d'Anet, de Meudon, aux Invalides et aux Gobelins. En 1704, il décore le nouvel appartement de la duchesse du Maine à Sceaux. En 1709, il exécute un décor de singeries pour le roi Louis XIV au château de Marly. Ce décor, aujourd'hui détruit, est connu par des dessins préparatoires.

 

Audran est proche des grands du Royaume. Monseigneur, le fils de Louis XIV, l'apprécie considérablement, allant jusqu'à lui confier la décoration de l'ensemble des plafonds de son Grand Appartement, situé au premier étage du Château Vieux de Meudon. Audran travaille aussi au château d'Anet pour le duc de Vendôme en 1689, puis décore, au début des années 1700, le pavillon de chasse du prieur de Vendôme, frère du duc de Vendôme, situé au 7 rue de Landry à Clichy. Au château de Réveillon, dans la vallée du Grand-Morin, il peignit en 1731, en collaboration avec Oudry, les Fables de la Fontaine pour Jules-Robert de Cotte, fils de l'architecte, qui acheta le château en 1730. En, 1733, Audran retravailla au château d'Anet : il y peignit le salon doré en collaboration avec Christophe Huet.

 

Beaucoup de ces travaux décoratifs ont été détruits. Mais, heureusement, bon nombre de tapisseries pour lesquelles il donna des cartons ont été conservées. Par ailleurs, le collectionneur suédois Cronstedt acheta, à la mort d'Audran, son fond d'atelier, soit plus de 2 000 dessins. Ils appartiennent aujourd'hui aux collections du Nationalmuseum de Stockholm.

 

Audran eut comme collaborateurs de ses grands décors, les plus grands artistes confirmés de son époque comme son ami le peintre animalier Jean-Baptiste Oury ou encore Lagillière et Desportes. Il employa, à ses débuts, Watteau qu'il fit travailler comme apprenti.

 

L’artiste s’est imposé comme le propagateur des décors arabesques remis à la mode par Jean Berain, mais sa manière était « un peu différente de celle de M. Berain ; elle est plus délicate et plus svelte » précise l’envoyé de Suède en France, D. Cronström.

Réalisations

Le plafond du vestibule du Pavillon Vendôme, à Clichy.

Deux plafonds sont conservés au musée des arts décoratifs de Paris, provenant de deux hôtels parisiens : le plafond de l'hôtel de Flesselles (une petite pièce de forme ovale) et le plafond de l'hôtel de Mme de Verrue.

un plafond redécouvert en juin 2009 in situ, au 26 rue de Condé (75006) Paris (voir l'article de Christelle Inizan)

Au moins quatre grands plafonds du Grand Appartement de Monseigneur, situé au rez-de-chaussée du Château-Vieux de Meudon (détruit), deux plus petits pour la Garderobe et l'Entresol, ainsi qu'un petit plafond circulaire d'une petite tourelle d'angle situé au premier étage, au bout de l'aile Est dudit Château-Vieux, près le cabinet des miroirs créé par Louvois.

Copyright WIKIPEDIA